Environnement numérique d’apprentissage : Une opportunité pour les bibliothèques ?

Dans la plupart des établissements  d’enseignement, nous entendons régulièrement parler des ENA, les environnements numériques d’apprentissage. Le milieu des bibliothèques n’y échappe pas.

Que sont ces environnements ? Qui utilise quoi ? Quelles sont les opportunités pour les bibliothèques ?

C’est quoi un ENA ?

On parle au Québec d’environnement numérique d’apprentissage, le terme espace numérique d’apprentissage semble aussi utilisé en Europe tandis que dans le monde anglophone on parle de learning management system.

Les ENA font partie des technologies de l’information et des communications pour l’éducation (TICE). Du côté anglophone, on parle notamment du concept de e-learning.  D’après l’Union Européenne l’e-learning est

«l’utilisation des nouvelles technologies multimédias de l’Internet pour améliorer la qualité de l’apprentissage en facilitant d’une part l’accès à des ressources et à des services, d’autre part les échanges et la collaboration à distance. »

Les environnements numériques d’apprentissage visent donc à faciliter la mise en ligne des cours, tout en proposant des outils qui facilite les interactions et la diffusion; par exemple, il est possible d’ajouter des liens vers des sites externes, des présentations PowerPoint, des PDF, de créer des sondages ou des tests, etc. Ce sont des outils qui viennent supporter et appuyer l’enseignement, donc les formations au niveau des bibliothèques. Certains outils sont notamment créés expressément par et pour le milieu de bibliothèques, pensons à LibGuides ou À la carte.

Qui utilise quoi ?

Les universités québécoises utilisaient pour la plupart, jusqu’à récemment, WebCT qui est désormais la propriété de Blackboard. Une remise en question de cet outil a eu lieu dans plusieurs universités, l’idée étant de s’affranchir d’un outil propriétaire et de trouver un logiciel qui permettrait de mieux répondre à nos besoins en termes de diffusion des contenus et d’interaction avec les étudiants. En grande majorité, les institutions se sont tournées vers Moodle. S’appuyant sur une grande communauté d’utilisateurs, Moodle s’impose de plus en plus. Il s’agit un logiciel gratuit et Opensource créé par un ancien employé de WebCT.

Liste sélective des ENA par institution
Concordia Moodle
ENAP Claroline
ÉTS Moodle + site de cours html
HEC Montréal Sakai
McGill WebCT
Polytechnique Moodle
Université de Montréal Moodle
Université de Sherbrooke Moodle
Université Laval Plateforme maison+ WebCT
UQAC Moodle
UQAM Moodle
UQAR Claroline
UQAT Claroline
UQO Moodle
UQTR Site de cours html + Plateforme maison
*Tableau basé sur les informations présentes sur les sites web d’institution, n’hésitez pas à apporter des changements s’il y a lieu

Mon expérience à l’ÉTS

L’ÉTS utilise la plateforme Moodle depuis peu pour faire la gestion des sites de cours. Pour l’instant, quelques cours ont été transférés sur cette plateforme. Le Service de la bibliothèque a  donc été l’un des premiers services à s’y être intéressé. Notre objectif était d’être présent sur trois niveaux :

1)      Sur la page d’accueil, avec une boite de recherche vers l’Outil de découverte, vers Compendex et vers la boite de messagerie instantanée ;

2)      Dans les plans cours en ajoutant des hyperliens dans les bibliographies vers nos ressources et des ressources d’aide aux travaux ;

3)      En tant que Service qui propose une offre de cours et de formations donc, créer des pages de cours pour nos formations documentaires.

Page d'accueil du site Méthodes de Communication par la biblithèque 1/2Page d'accueil du site Méthodes de Communication par la biblithèque 1/2Exemple d'une question d'excercice sur Moodle

Jusqu’à présent la réception pour les trois points est excellente, particulièrement pour le point 3. J’ai présentement deux sites de cours, un pour les formations EndNote et le second pour une formation intégrée dans le cadre du cours de Méthodes de communication. Moodle me permet pour ces deux formations d’ajouter :

–          Le PowerPoint de la formation ;

–          Les exercices (qui sont compilé et corrigé automatiquement) ;

–          Des liens vers des ressources externes et internes ;

–          Le sondage d’évaluation de la formation, etc.

Les opportunités pour les bibliothèques ?

Les environnements numériques d’apprentissage sont des outils que les bibliothécaires doivent apprendre à maîtriser.  À mon avis,  les bibliothèques doivent s’intégrer à ces plateformes puisqu’il s’agit d’un terrain connu pour les étudiants, c’est dans l’idée d’être présent là où les étudiants sont.

D’ailleurs, bien des bibliothécaires n’ont pas les droits pour modifier les sites web de leur institution. En passant par les ENA, vous pouvez ainsi gérer vos propres pages et ajouter l’information nécessaire. Ce sont des outils relativement simples d’utilisation qui demandent peu de temps d’adaptation.  Plusieurs bibliothèques font déjà plusieurs expériences avec les plateformes. Je pense notamment à l’UQAT avec son projet RENARD : Réseau d’environnement numérique d’apprentissage et de recherche documentaire ou à l’Université de Montréal avec le logiciel À la carte.

Et vous, quelle utilisation faites-vous des environnements numériques d’apprentissage dans votre institution ? Avez-vous des projets en cours ? Quels avantages y voyez-vous ? Avez-vous rencontré des difficultés ?

Bibliographie : E-learning concepts. 2009. « Foad ou E-learning ? ».  <http://www.elearning-concepts.com/questions-difference-elearning_foad.htm>.

Publicités

À propos de Vicky Gagnon-Mountzouris

Bibliothécaire, responsable des services à l'École de technologie supérieure de Montréal. Vous pouvez me suivre sur Twitter @VikiG! J'ai aussi une formation en pédagogie et un intérêt pour les technologies éducatives.

8 Réponses vers “Environnement numérique d’apprentissage : Une opportunité pour les bibliothèques ?”

  1. L'étudiant désabusé Réponse 4 avril 2011 à 14:45

    Le problème, c’est que plusieurs chargés de cours ne suivent pas les formation et donc n’utilisent pas ou presque pas Moodle.

    J'aime

    • En effet, pour plusieurs, Moodle est une nouveauté qu’il faut apprivoiser !!! Je suis convaincue du potentiel de ces outils et si les bibliothèques sont à l’avant-garde et développent une expertise, c’est une plus-value qui, je l’espère, encouragera aussi d’autres services à l’utiliser !

      J'aime

  2. L’université Laval utilise également WebCT : https://www.webct.ulaval.ca/

    J'aime

  3. À l’Université de Montréal, nous avons 3 projets en cours d’intégration dans Moodle :
    – Intégration d’un bloc « Bibliothèques » dans tous les cours comprenant : une boîte de recherche dans notre catalogue, un lien dynamique vers le guide du cours ou de la discipline ciblé selon le cours, un lien vers le site des bibliothèques et un lien vers le dossier du lecteur (renouvellements, dossier d’emprunt, etc.)
    – 2 rôles « bibliothécaire » permettant un accès en lecture à tous les cours et un autre pour des collaborations plus poussées entre prof/bibliothécaires.
    – Des capsules vidéos et FAQ des bibliothèques intégrées directement dans l’aide en ligne de notre Moodle.
    Pour voir le bloc et les capsules : https://studium.umontreal.ca/course/view.php?id=11

    Ma collègue Natalie Clairoux vient de me partager cet article intéressant sur l’intégration des bibliothèques dans un ENA : http://www.libraryinnovation.org/article/view/45/146
    Ça démontre l’importance de s’intégrer en ciblant le plus possible les besoins des étudiants.

    J'aime

    • Merci Marilou pour l’article. Ce que vous tentez de faire dans Moodle, ressemble beaucoup à ce que nous faisons aussi… c’est la bonne voie à suivre !!

      Je me demandais, à l’UdeM, vous pensez aussi utiliser Moodle pour appuyer les formations données par les bibliothécaires ou vous prônez plutôt l’utilisation de À la carte, ou une utilisation hybride ?

      J'aime

      • Bonjour Vicky!

        En fait, on prône surtout l’utilisation d’À La Carte pour ne pas dupliquer l’info partout. C’est pourquoi on trouvait important d’avoir un lien vers nos guides directement dans Moodle.

        Mais avec le rôle « bibliothécaire – éditeur », ça permettra aussi à certains d’ajouter des contenus spécifiques directement dans les pages de cours.

        J'aime

  4. Depuis la publication de ce billet, je me suis intégrée à un cours dans StudiUM, notre ENA. Comme le professeur m’a donné tous les droits d’édition, j’ai pu déposer sur le site du cours les présentations utilisées dans nos formations (PubMed et EndNote), et des liens vers les guides pour ces deux ressources. J’ai aussi ajouté des liens directement dans le plan de cours (bibliographie) et dans les notes de cours (suggestions de guides), avant que le professeur ne les rende disponibles à tous. Les échanges avec le prof résultent en d’autres implications de la bibliothèque: c’est moi qui vais corriger un travail de session, j’ai fourni des questions pour l’examen intra, des étudiants se venus me consulter… Se retrouver dans l’ENA nous donne beaucoup de crédibilité.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :