Bingo PDCI

Les formations générales en début de session, celles qui nous tiennent bien occupés en septembre et qui font partie intégrante des programmes de formation documentaire de la plupart des universités, ne datent pas d’hier. Pourtant, chaque année on pose les mêmes questions : quelles compétences devraient-elles cibler cette année, quelle est la clientèle visée, combien de temps devraient-elles durer, essaie-t-on une nouvelle technologie, etc.? Mais serait-il possible que ces formations aient un autre but que le développement immédiat de compétences informationnelles, certes moins noble pour certains et pourtant, à mon avis tout aussi important : celui d’avoir du plaisir?

Pendant les courtes journées de nos longs mois d’hiver, je me suis questionnée sur les approches stratégiques et sur le matériel didactique qui amélioreraient ces formations. Ma première réflexion fut qu’il n’était pas réaliste d’espérer développer une compétence, en 60 minutes, chez 20 ou 30 étudiants, toutes disciplines et tous cycles confondus. Deuxièmement, j’en suis venue à la conclusion que je ne voulais plus jouer l’inquisitrice devant une bande d’hérétiques. Ce n’est pas ça le contexte. Ces jeunes sont, pour la plupart, technologiquement compétents et très critiques de nos systèmes de recherche. Aujourd’hui ce sont eux qui donnent le ton. Pourtant, je ne suis pas prête à renoncer à mon statut d’experte vis-à-vis ces jeunes.

Je ne préconise pas l’approche de séduction ou de vente lors de ces formations. L’étudiant n’est pas client et le bibliothécaire n’est pas vendeur. Pendant ces formations générales, nous entrons en relation avec les étudiants et celle-ci doit être d’une nature pédagogique où chaque geste et chaque parole a le potentiel d’améliorer leurs chances de réussite. 20 ou 30 étudiants, toutes disciplines et tous cycles confondus en 60 minutes : mais comment susciter la curiosité, provoquer une remise en question de leurs conceptions de la bibliothèque, de leurs façons de faire pour aller chercher l’information? 20 ou 30 étudiants, toutes disciplines et tous cycles confondus en 60 minutes : ils devraient être drôlement penseurs et créatifs!

Je connais les outils mieux que personne. Je suis experte en recherche. J’ai une belle salle de formation multimédia. Des capsules vidéo super cools. J’ai même une belle présentation interactive, des exercices planifiés et du beau matériel imprimé. Alors cette année, j’ai décidé d’arrêter de me poser des questions et d’avoir du plaisir avec les jeunes, car 20 ou 30 étudiants, toutes disciplines et tous cycles confondus en 60 minutes : ça devrait être le fun!
Vous vous demandez sans doute comment je compte m’amuser? Alors voilà, je dois remercier ma collègue Vicky Gagnon pour son billet de juin sur le jeu en bibliothèque et je vous propose donc le BINGO PDCI, intégré à ma présentation. Aussi, je vous invite à partager ici stratégies, matériel didactique ou questionnement par rapport à ces formations.

Bingo PDCI

But : faire participer les étudiants, les garder attentif et intégrer une façon ludique d’apprendre les notions de base de recherche documentaire.

Comment jouer au Bingo PDCI :
Instructions pour le formateur : Faire autant de grilles que d’équipes ou de joueurs. Des exemples sont disponibles dans ce billet et peuvent être modifiés à souhait. Distribuer une grille par équipe ou par joueur. Garder une copie de toutes les cartes distribuées sur votre bureau. Choisir entre un symbole gagnant (une ligne horizontale, diagonale, verticale ou carte pleine) et l’obligation de remplir toute la grille. Donner votre formation en incluant les mots-clés de vos grilles. Cocher les mots-clés énumérés afin de bien vérifier les mots-clés gagnants.
Vous pouvez facilement générer de nouvelles grilles en changeant le tri et le symbole gagnant.
Prix à gagner : carte de photocopie, matériel promotionnel, carrés au Rice Krispies, une bonne main d’applaudissement, etc.
Comment gagner au BINGO PDCI :
Au fur et à mesure que les mots-clés sont prononcés par le formateur, l’étudiant les coche sur sa grille. Il gagne dès lors que le tracé qu’il a réalisé en rayant les numéros sortis correspond au symbole gagnant.

Télécharger 6 grilles BINGO  PDCI

Merci à ma collègue Catherine Leduc pour son aide avec la création des grilles de Bingo.

Publicités

À propos de simarst

Bibliothécaire

5 Réponses vers “Bingo PDCI”

  1. Bravo pour votre projet, c’est super. La créativité cela nous sort de la routine et rend agréable la formation pour nous et les étudiants. Lâchez pas!

    D’une ex formatrice

    Danielle Boisvert

    P.S. un petit bonjour à Catherine Leduc

    J'aime

  2. Jean-Philippe Pouliot Réponse 9 septembre 2011 à 10:26

    Je seconde, c’est toujours agréable de voir une bibliothécaire vivante et innovatrice!! C’est une bonne idée le Bingo PDCI. Chapeau!

    J’ai cependant quelques interrogations à propos de certains points de ton billet, notamment celui qui concerne les connaissances des étudiants à propos des technologies et le rôle de la promotion en bibliothèques.

    En avril dernier, lors du premier Salon Techno-Pédago de l’UQAC, Patrick Giroux (professeur en pédagogie) a ouvert le bal sur une conférence à propos des « natives », ces étudiants qui sont nés dans un monde avec Internet, les cellulaires, etc. Leurs apprentissages de ces nouvelles technologies ont différé des nôtres, nous qui avons vu ces technologies naître puis émerger (OK, je suis loin de la retraite, mais je me souviens quand même d’un monde avant la démocratisation d’Internet :D). La conclusion générale de sa présentation était que les étudiants savaient très bien comment utiliser tous les gadgets, mais éprouvaient rapidement de la difficulté lorsque ceux-ci ne fonctionnaient pas comme prévu ou qu’ils présentaient des interfaces plus complexes, nécessitant des compétences approfondies (ex.: configurer un VPN). Alors je me demandais ce que tu entendais lorsque tu dis qu’ils sont technologiquement compétent, et si cela signifie que tu crois qu’il faudrait mettre davantage de temps à l’enseignement de la matière « bibliothéconomique » plutôt qu’aux questions d’ordre technique entourant l’utilisation des outils ? Je t’envoie la présentation en question: http://www.slideshare.net/pgiroux/confrence-douverture-du-premier-salon-technopdago-de-luqac

    Ma seconde interrogation concerne ton approche pour tes formations. L’étudiant n’est pas un client et le bibliothécaire n’est pas un vendeur, d’accord. Mais comment promouvoir sans séduire ou vendre? Est-ce que tu crois que les bibliothèques devraient diminuer la promotion, celle-ci étant une forme de vente? Je n’aime pas non plus le mot « vendre », car il ne s’applique pas vraiment à nos réalités puisque nous ne voulons pas « vendre » des produits dans le but d’en tirer un profit mais plutôt faire connaître nos services dans le but de transmettre des connaissances. Il reste néanmoins que je ne vois pas comment on peut attirer les étudiants dans nos formations dispensées en dehors des cours autrement que par ce moyen, considérant qu’en général, l’attrait pour ce genre d’atelier est moyen?

    Jean-Philippe Pouliot

    J'aime

  3. Bonjour,

    Profonde réflexion. Je ne suis pas certaine d’avoir la vérité infuse, mais voici ce que j’en pense aujourd’hui.

    Je suis tout à fait d’accord avec m. Giroux. Personnellement, je crois que c’est l’équipe systèmes qui doit simplifier nos outils. VPN, Proxy, etc., c’est des barrières. Nos équipes internes et fournisseurs le savent et ils travaillent fort pour simplifier tout ça. Ils font un excellent travail d’ailleurs. Mais soyons réalistes, je suis la seule pouvant programmer DOS – un mile à la ronde.

    Pour la vente, je considère qu’une fois que l’étudiant est devant moi dans la salle de formation, la vente a fonctionné : maintenant il faut livrer la marchandise et là c’est le défi : 20 ou 30 étudiants, toutes disciplines et tous cycles confondus en 60 minutes …

    Salutations amicales !
    Stéphanie

    J'aime

  4. Deux jeux rapides pour faire passer un concept tout en détendant l’atmosphère:

    Les opérateurs booléens: Présenter une diapo illustrant les ensembles AND, OR, NOT, puis demander (vous pouvez varier les critères) :1) à tous ceux qui portent des jeans de se lever 2) Tous ceux qui portent des jeans OU des lunettes de se lever 3)Tous ceux qui portent des jeans ET des lunettes 4) Tous ceux qui portent des jeans ET des lunettes SAUF les gars.

    Les descripteurs (les MeSH dans mon cas): jouer à Guess the Google. Le but est de trouver quel mot-clé a été utilisé pour obtenir un résultat de 16 images dans Google Images. Démontrer que la recherche de concepts synonymes peut être facilitée par un descripteur, et que les concepts peuvent se décliner du général au particulier. Introduire la notion de compétition entre les groupes en notant le score à battre.

    J'aime

Rétroliens/Pings

  1. École secondaire des Pionniers : une expérience de formation documentaire en milieu universitaire pour des élèves du secondaire | Tribune Compétences Informationnelles - 24 novembre 2014

    […] des élèves et de susciter leur participation, nous avons inclus durant la formation le Bingo PDCI. Les gagnants du bingo se sont mérités des prix à l’effigie de l’UQTR. À la fin de la […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :