Web2.You : compte rendu d’événement.

Vendredi, 10 février, les étudiants de la McGill School of Information Studies tenaient un cinquième événement Web2.You. L’événement annuel proposait quatre conférences d’une heure (ou un peu plus) sur l’utilisation des technologies mobiles en bibliothèque.

Dans l’ensemble, cette journée s’est avérée bien enrichissante. Le thème central était l’utilisation de la technologie et son apport pour l’accès à l’information. Aussi, le traitement s’adressait aux professionnels de l’information qui s’intéressent davantage à l’accès à l’information qu’aux outils qui le permettent. Voici un résumé de la programmation 2012, suivi d’une revue commentée des conférences :

En bref

Robin Canuel & Maria Savova (McGill University) 

« Mobile Technology: Accessing library collections and services from the palm of your hand ».

Robin Canuel et Maria Savova, bibliothécaires de l’Université McGill, nous ont entretenus de l’apport de l’utilisation des technologies mobiles (téléphone intelligent, lecteur numérique, tablette électronique et compagnie) en bibliothèque.

Sarah Severson (The Moment Factory)

« Seeing things differently: Information literacy at a multimedia production studio ».

Sarah Severson, bibliothécaire et archiviste à « The Moment Factory », est venue nous parler de la maîtrise de l’information visuelle. Elle a abordé plus particulièrement la recherche et l’utilisation efficace et éthique des images.

Jason Vantomme (Electronic Arts Canada)

« Collaborative technologies and knowledge management at EA ».

Jason Vantomme a alimenté notre compréhension de la valeur ajoutée que constitue la mise en réseau social interne et/ou externe pour les membres d’un groupe ou d’une organisation.

Karen Nicholson (McMaster University)

« Relevant, reflective and effective: Instructional literacy for IL practitioners ».

Karen Nicholson a transmis des pistes de réflexion aux bibliothécaires qui assurent la prestation des formations documentaires, afin d’intégrer des pratiques pour favoriser et valider la qualité du service rendu.

En revue

Robin Canuel & Maria Savova (McGill University) 

« Mobile Technology: Accessing library collections and services from the palm of your hand »

 Canuel et Savova nous ont offert une revue commentée fort pertinente des modalités d’accès au contenu électronique et de leurs implications respectives pour un service de bibliothèque. Par exemple, la technologie mobile qui nécessite le téléchargement d’une application mobile (app) alourdit le travail du bibliothécaire parce qu’il doit créer du contenu pour l’utilisation de cette application.  Comme l’application est constamment améliorée et mise à jour, cette offre de service est plutôt chronophage. On connaît la même situation avec EndNote.

Pour contourner cet inconvénient, l’Université McGill a opté pour un site Web adapté à la technologie mobile. Dans ce contexte,  Canuel et Savova ont rappelé qu’il est simple de créer nos propres CodeQR (à partir de : qrcode.kaywa.com) pour accéder à une page Web.

Canuel et Savova nous ont aussi fourni une explication simple et concise de ce qu’est le Web3.0. En gros, ce sont les technologies qui produisent de l’information, comme l’humain. Par exemple, avec votre agenda électronique (l’heure de votre prochain rendez-vous), votre GPS (donc votre localisation physique) et les rapports satellites de trafic, votre ordinateur peut vous dire que vous serez en retard! Ou mieux encore, il pourra vous suggérer des façons de contourner les difficultés et ainsi pouvoir espérer ne pas être en retard.

Trois exemples de contenus Web 3.0

Le 3DWeb, comme SecondLife, où vous faites des rencontres et développez des histoires qui vous font vivre des émotions qui dépassent la réalité.

Le Web sémantique peut par exemple vous suggérer encore plus de lectures liées à vos champs d’intérêt et ce, à partir des métadonnées, souvent des mots clés (tags).

La réalité augmentée vous donne de l’information supplémentaire sur ce que vous vivez en temps réel, à l’aide de la caméra, du GPS de votre téléphone intelligent et avec le support du Web. Par exemple, si vous êtes dans une nouvelle ville, vous captez une image et le Web vous signale restaurants et attraits touristiques qui s’y trouvent. N’est-ce pas un atout pour la mise en valeur des lieux ou d’un environnement ?

Enfin, les conférenciers ont conclu qu’avec tous ces changements rapides et variés, la seule chose qui demeure certaine dans le secteur des technologies mobiles, c’est que l’avenir est définitivement mobile.

Prêt d’Ipads : Est-ce que ça fonctionne chez vous?

Suite à cette première présentation, un membre de l’auditoire s’est informé de l’état du projet de prêt d’IPads à McGill. En effet, quelques bibliothèques de l’Université McGill se sont munies d’Ipads pour le prêt. Les bibliothécaires de McGill ont affirmé que leurs tablettes électroniques étaient toujours prêtées, à un point tel qu’ils en sont à gérer la liste des réservations : )

Cette affirmation a généré quelques murmures dans l’auditoire. D’autres bibliothèques universitaires prêtent des tablettes, mais ne connaissent pas le même succès : (

 Au fil de la conversation, on a pu attribuer cette différence aux modalités de prêt. En effet, dans le cadre d’autres initiatives, les tablettes sont prêtées pour 4hrs, souvent uniquement en bibliothèque, McGill les prête pour une durée de 2 semaines. L’étudiant a donc le temps de s’approprier cette nouvelle technologie. Il peut alors mener un projet, lire un livre ou encore en tester les fonctionnalités avant de passer à l’achat. On sait ce qu’on doit faire pour hausser les stats de prêt!

Sarah Severson, (The Moment Factory)

« Seeing things differently: Information literacy at a multimedia production studio ».

Sarah Severson nous a parlé de la maîtrise de l’information visuelle, un sous-thème de la CI. Elle a présenté sept types de recherche d’images. Saviez-vous que vous pouviez rechercher par licence de diffusion, par exemple les images « creative commons » : http://search.creativecommons.org/ ?

Elle a aussi développé un projet intéressant dans son milieu : la création d’une banque collaborative d’images. Les gens y déposent leurs images et fournissent les métadonnées pour en favoriser le partage et la réutilisation. Si le sujet pique votre curiosité, vous pouvez entre autres consulter l’ACRL : « ACRL Visual Literacy Competency Standards for Higher Education ».

Jason Vantomme, (Electronic Arts Canada) « Collaborative technologies and knowledge management at EA ».

Jason Vantomme, pour sa part, nous a entretenus de la valeur ajoutée des réseaux sociaux pour les membres d’un groupe ou aux employés d’une organisation. Les mots clés de son propos étaient : connexion, communication, collaboration et changement. En bref, l’entreprise EA propose des solutions d’affaires à l’image des réseaux sociaux électroniques. Par exemple, tout le personnel d’une entreprise complète des fiches descriptives : secteurs d’activités professionnelles, langues parlées, compétences particulières, etc. Le réseau permet aussi de voir si l’employé se trouve à son bureau, à quels dossiers il est impliqué, etc.

Le conférencier a mentionné les gains d’argent qui découlent d’une telle mise en réseau : économie de temps, hausse de créativité ou de productivité. Faut voir à l’usage. Que les utilisateurs de réseaux sociaux à des fins professionnelles se manifestent!

Karen Nicholson, (McMaster University) « Relevant, reflective and effective: Instructional literacy for IL practitioners ».

Enfin, Karen Nicholson s’intéresse particulièrement aux pratiques des bibliothécaires qui assurent la prestation des formations en milieu universitaire. Notez qu’elle est l’une des collaboratrices de l’étude commandée par la CRÉPUQ, étude qui a fait l’histoire en 2003, principalement signée par Mittermeyer et Quirion[i]. Depuis, elle poursuit sa démarche de recherche sur les compétences informationnelles.

La conférencière a d’abord insisté sur la nécessité de montrer que notre travail constitue une plus-value pour nos organisations. Elle a rappelé qu’en juillet dernier (2011), certains décideurs de la ville de Toronto voulaient fermer des bibliothèques publiques pour économiser. Il en va de même pour les formations documentaires. Les bibliothécaires doivent s’assurer de mettre en évidence la pertinence et l’efficacité de leur intervention dans le parcours de l’étudiant. Pour ce faire, Karen Nicholson a suggéré un outil en 5 points :

Le contenu : Quels thèmes veut-on aborder : définir son sujet; les méthodes de recherche, éviter le plagiat ou autre?

Les objectifs : Qu’est-ce qu’on souhaite que les apprenants retirent de la formation? Que doivent-ils pouvoir faire, suite à notre intervention?

Karen Nicholson a insisté sur cet aspect. Expliquant que souvent, le praticien part de son point de vue pour planifier ce qu’il veut montrer, lui. Elle conseille plutôt de prendre le point de vue de l’étudiant et de tenir compte de son contexte :

  • Quels sont les objectifs de cette clientèle (1er, 2e ou 3e cycle)?
  • Quelle est la position de l’université sur les compétences informationnelles?
  • Quels sont les objectifs du programme d’études disciplinaires?
  • Quels sont les objectifs spécifiques du cours dans lequel on intervient?

 Il s’agit en fait d’une pratique documentée dans la littérature en Science de l’Éducation, soit le curriculum mapping. C’est la planification des apprentissages prévus au programme, telle qu’effectuée lors de la création ou la révision quinquennale des programmes universitaires. Cet exercice est une opportunité, pour nous bibliothécaires, de valider l’importance des CI dans la vraie vie. Cette stratégie accroît grandement l’arrimage de notre propos à la discipline qui nous accueille.

Stratégies pédagogiques : Quels moyens utiliser pour qu’ils apprennent? C’est souvent la partie à laquelle le bibliothécaire s’intéresse le plus : les explications, les activités de mémorisation, les opportunités de pratiquer pour intégrer la matière.

L’évaluation des apprentissages : Quels moyens utilisez-vous pour vérifier ce qui a été appris? Il s’agit ici de montrer l’impact que vous et votre formation avez et d’en connaître les retombées. Bien entendu, l’évaluation est liée aux objectifs définis.

L’évaluation de l’enseignement : Enfin, vous pouvez vérifier l’accueil et la perception des activités que vous proposez.

À ce sujet, Karen Nicholson est sans équivoque. Si vous demandez, c’est que vous voulez agir. Aussi, posez des questions sur lesquelles vous avez du pouvoir. De plus, posez des questions uniquement si vous voulez faire les démarches nécessaires pour améliorer la situation. Sinon, évitez de faire perdre le temps de tout le monde.

Enfin, Karen Nicholson a rappelé différentes opportunités de formation (souvent en anglais) pour les bibliothécaires qui pratiquent la formation documentaire.

Voici les organisations mentionnées :

 Voilà une journée bien remplie et rafraîchissante. Vous m’y verrez l’an prochain!

**Avez-vous assisté à Web2.you? Partagez vos moments forts avec les lecteurs de la Tribune CI!

Par Catherine Séguin, msi, UQO


[i] Mittermeyer, D., & Quirion, D. (2003). Étude sur les connaissances en recherche documentaire des étudiants entrant au 1er cycle dans les universités québécoises. Montréal : Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec.

Advertisements

About catherine seguin

bibliothécaire UQO|St-Jérôme

4 Réponses to “Web2.You : compte rendu d’événement.”

  1. Intéressant la partie sur la durée des prêts de tablettes numériques à McGill.

    J'aime

  2. Merci Catherine pour cet excellent résumé! Pour ceux qui s’intéressent à la compétence informationnelle, je vous suggère le blogue de Char Booth pour des projets intéressants comme un kiosque mobile, ou encore son livre, Reflective Teaching, Effective Learning: Instructional Literacy for Library Educators.

    J'aime

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le iPad en bibliothèque « Tribune Compétences Informationnelles - 27 février 2012

    […] formations ← Web2.You : compte rendu d’événement. […]

    J'aime

  2. InfoNexus Conference Montreal – Web 2.You 2012 Organizer - 4 mai 2015

    […] out the highlights from Web 2.You 2012 in French from Tribune Compétences […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :