Les mots et le savoir

Le sens des mots en contexte d’apprentissage
Vous est-il déjà arrivé de vous faire demander lors d’une formation : « c’est quoi un périodique et une monographie ? » Non ? Vous êtes bien chanceux.
Si oui, sachez qu’ils sont plus nombreux qu’on pense ceux et celles qui ne comprennent pas totalement notre vocabulaire et nos concepts de bibliothécaire. Selon mon expérience, c’est particulièrement vrai pour les étudiants internationaux. Je leur dis d’emblée au début de mes formations : « si vous ne comprenez pas les termes ou les mots que j’utilise, n’hésitez pas à m’arrêter et me demander ».
Comme le souligne B-M Barth : « Une compréhension approfondie veut dire que l’on sait se servir des concepts étudiés dans un contexte d’utilisation pertinent, pour observer un phénomène, analyser une situation, se poser des questions, comprendre les enjeux qui peuvent s’y rattacher… » (Barth, 2013) On ne le dira jamais assez, l’acquisition de connaissance passe par la maîtrise des concepts propres à la discipline étudiée. La bibliothéconomie a aussi son langage, ses concepts et ses termes qui la définissent.
La maîtrise du langage bibliothéconomique et le temps alloué aux formations
Invariablement, lorsque nous donnons des formations documentaires, c’est ce langage spécialisé que nous utilisons. Les mots thésaurus, index, moteurs de recherche, catalogue, bases de données (et j’en passe), sont courants dans notre langage. On a tendance à tenir pour acquis que lorsqu’on parle, les étudiants appréhendent et dégagent tout le sens nécessaire pour saisir les aspects et les subtilités de la recherche documentaire. Or, pour plusieurs d’entre eux, c’est une nouvelle langue qu’ils ne comprennent pas ou pour laquelle certaines subtilités leur échappent.
Je ne crois pas que l’étudiant puisse en arriver à une compréhension et une application de ce qui prendrait normalement plusieurs heures avec des méthodes pédagogiques variées (magistral, exercices, mises en situation, etc.) avec seulement une courte présentation en début de session. Plusieurs formations magistrales offertes en début de session à la demande des professeurs n’incluent pas d’exercices pratiques. J’ajouterais même que les présentations qui se font au premier cours ne permettent pas aux étudiants de faire un lien avec les différents travaux qu’ils auront à réaliser pendant la session. L’absence d’exercices pratiques ou de liens directs avec des travaux déjà amorcés rend la formation doublement abstraite.
C’est comme de suivre un cours de base comme Principes et enjeux de l’administration publique et penser que les étudiants acquerront cette connaissance en seulement 1 à 2 heures. Les concepts sous-jacents doivent être assimilés. Ça prend du temps et des exercices pour le faire. Bien sûr, on s’attend à ce que les étudiants fassent cette démarche par eux-mêmes, mais dans les faits il n’en est rien.

Quelles sont les solutions possibles lorsqu’on est conscient que la maîtrise du langage de base peut constituer un obstacle supplémentaire à l’acquisition d’un certain savoir informationnel ?
Elles sont nombreuses quand on y pense, mais en voici quelques-unes :
• La vulgarisation est essentielle (ex : illustrer nos propos, définir nos termes)
• Avoir une bonne connaissance des publics desservis (ex : domaine d’étude, origine des étudiants, niveau de scolarité)
• Ne pas prendre pour acquis (ex : les étudiants de maîtrise et de doctorat ont aussi des lacunes)
• Amener les étudiants à nous rencontrer individuellement ou en petits groupes afin de répondre de façon personnalisée à leur besoin (ex : publiciser de la disponibilité pour des rencontres en plus petits groupes)
• Etc.

Références

Barth, B.-M. (2013). Élève chercheur, enseignant médiateur : donner du sens aux savoirs. Montréal : Paris: Chenelière éducation

Perraudeau-Delbreil, Michel (2006). Les stratégies d’apprentissage : comment accompagner les élèves dans l’appropriation des savoirs, Trad. de: fre, Paris, A. Colin, 251, [251] p.

Advertisements

About lamontagnekarine

Bibliothécaire Responsable de la bibliothèque de l'ENAP à Montréal

Une Réponse to “Les mots et le savoir”

  1. Un conseil a propos de Email Before Download ? Merci d’avance

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :