Une infographie pour maîtriser Google… et être reconnus des étudiants

Lors des formations documentaires que j’ai pu donner aux étudiants de première année à l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Toulouse, j’ai été confronté à un paradoxe désormais connu [1] : la majorité des étudiants cherchaient dans Google, mais sans aucune logique. Puisque le moteur constitue naturellement le cœur de leurs recherches, pourquoi ne pas les y former réellement? Pour créer un support esthétique et ludique, nous avons créé une infographie.

Apperçu Infographie Google Bib'Insa

L’infographie réalisée

Nos outils ne sont pas « naturels »

Google, la force de l’habitude

On peut présenter de formidables outils de recherche à nos étudiants, mais le cours passé, qu’en auront-ils retenu ?

Vous les avez sans doute déjà observés ces étudiants de première année. Nous passons l’essentiel du cours de formation documentaire à leur expliquer comment réaliser une bonne recherche : Quel contexte ? Quels acteurs ? Quels mots clés ?

La recherche avancée de notre catalogue, Archipel.

La recherche avancée de notre catalogue, Archipel.

En parallèle, nous présentons nos outils, nos abonnements. Nous scénarisons nos cours pour qu’ils touchent du doigt l’intérêt de chacun d’eux selon leurs propres besoins. Alors, ils s’essaient. Ils effectuent leurs recherches dans des interfaces pas forcément conviviales, sur nos moteurs et dans nos catalogues. Rentrés chez eux pourtant, nous le savons, les bases de données du cours sont vite testées et évincées : ressource inaccessible, information dispersée, anglophone, trop pointue, peu ou pas de résultats…

Google a su transformer la recherche d’informations en un acte naturel, quotidien. Les vieilles habitudes ont la vie dure et la suprématie du moteur s’imposera inévitablement.

S’il fallait un exemple

Les étudiants nous ont démontré à plusieurs reprises qu’ils avaient beaucoup de difficulté à réaliser véritablement des recherches dans Google. Deux, trois mots clés et ils laissent le moteur de recherche décider pour eux les “10 meilleurs résultats”.

Un fait marquant est à l’origine de cette infographie. Je vous présente d’abord le contexte : à l’Insa de Toulouse, après 2h30 de cours dispensés au cours du mois de janvier, chaque bibliothécaire-formateur suit une dizaine de groupes en qualité de tuteur jusqu’aux oraux qui se déroulent fin mai. Les élèves ont pour consigne de produire un dossier documentaire d’une vingtaine de pages sur un sujet de culture générale (l’orientation magnétique chez les oiseaux, des bulbes de tulipe aux Bitcoins, pourquoi les civilisations du passé ont disparu ? etc.). Le rendu final doit nécessairement comporter une bibliographie complète et des renvois au sein du texte.

De passage à la bibliothèque, les étudiants n’hésitent plus à nous faire part de leurs recherches en cours et des difficultés rencontrées. L’un d’eux est ainsi venu me voir visiblement préoccupé :

Un étudiant visiblement préoccupé.

Un étudiant visiblement préoccupé.

Je le questionne sur sa recherche. En guise de réponse, le jeune homme ouvre une page sur Google. Il extrait ensuite deux mots clés de son sujet qu’il recopie dans le cadre de recherche. ↵ Entrée.

C’est brutal et un peu démotivant, mais j’accompagne calmement ses investigations :

« Quel est le sujet implicite recouvert par votre sujet ? Vous voyez, les mots sont importants, et déjà les résultats sont plus parlants, nous avons moins de réponses commerciales ou sans grande valeur…

Et si maintenant nous rajoutions filetype:pdf pour indiquer que nous ne souhaitons que des publications…? Ajoutez là des guillemets pour restreindre à des expressions strictes.

La page de résultats vous présente désormais des instituts et des chiffres officiels. À mon sens, vous devriez faire une liste de ces organismes et creuser dans ce sens… »

L’exemple est extrême, mais marquant.

Ne devrait-on pas utiliser ce biais pour former réellement les étudiants à la recherche ?

On les forme sur des bases de données bibliographiques, des bases d’ebooks, des moteurs d’archives ouvertes, mais nous négligeons le moteur qu’ils utilisent à plein temps, le cheval de Troie du Web, celui qui fait leur quotidien et dans lequel ils pourraient gagner un temps infini.

Savoir interroger Google, c’est savoir réaliser une recherche avancée. Et comme dans n’importe quel moteur de recherche, cela nécessite d’être au clair sur ce que l’on cherche (type de fichier, organisme émetteur/éditeur, titre probable du document, domaine…) et d’être capable de construire une équation de recherche en conséquence.

Infographie, l’eye-candy du Web

Nous décidons de reprendre un support d’information simple, auquel ils pourraient se référer simplement. Une infographie réalisée par HackCollege.com et qui circule depuis 2011, Get More out of Google : Tips and Tricks for Students Conducting Online Research, correspond peu ou prou à notre outil idéal.

Ce genre d’outil est parfait : une infographie c’est visuellement percutant, facile à assimiler et simple à partager.

Ce genre d’outil est parfait : une infographie c’est visuellement percutant, facile à assimiler et simple à partager.

Une infographie idéale ? Beaucoup de points positifs

La page nous semble quasi-parfaite, elle a un rendu “très pro”. Le design de la page est joliment construit autour des couleurs du moteur de Mountain View. La métaphore filée du mineur qui prospecte, creuse et déterre la pépite est réussie. Les exemples de la page sont bien choisis et adaptés aux recherches que pourraient mener les étudiants en ligne. L’infographie rappelle enfin que le site des bibliothèques possède des abonnements et des ressources pertinentes pour leurs recherches.

Trois points limitent sa réutilisation

  • La licence utilisée est certes sous Creative Commons, mais elle est restrictive et demande un partage sans modification

    « “Le titulaire des droits autorise l’utilisation de l’œuvre originale à des fins non commerciales, mais n’autorise pas la création d’œuvres dérivées. »”  Source :  : http://creativecommons.fr/licences/les-6-licences/

    « Le titulaire des droits autorise l’utilisation de l’œuvre originale à des fins non commerciales, mais n’autorise pas la création d’œuvres dérivées. »
    Source : http://creativecommons.fr/licences/les-6-licences/

  • Elle est entièrement rédigée en anglais. Difficile dès lors d’impliquer des étudiants français de 1ere année. Il faudrait pouvoir la traduire.
  • Des informations inutiles ou périmées. Créée en 2011, l’infographie recommande certains opérateurs abandonnés depuis (la commande ~ [Tilde] supprimée en juin 2013). Elle présente par ailleurs des raccourcis clavier et autres « astuces Google » qui nous semblent tout à fait facultatifs.

Pourquoi finalement ne pas simplement créer notre propre infographie, adaptée à notre public ?

Bibliothécaires, présents ici, partout

Une création graphique limitée, mais correcte

Les bibliothécaires sont souvent multicartes. Ils touchent un peu à tout, mais ne sont pas infographistes… Et il est des domaines où il faut savoir rester humble. Un visuel raté et c’est tout le message qui est brouillé.

Pour créer à bon compte une affiche joliment réalisée, nous avons choisi Piktochart. Nous nous sommes résignés sur certaines ambitions graphiques, nous n’avions pas les compétences exigées pour reprendre l’idée du mineur.
À défaut, nous avons fait le choix de nous appuyer sur une iconographie libre de droits, issue de Gallica (les bibliothèques sont aussi là pour mettre en valeur les fonds patrimoniaux).

Cette iconographie en noir et blanc, présentant des scientifiques sur leurs lieux de travail et donnant des conseils de recherche apporte une certaine filiation maître/disciple que je trouvais amusante.

Cette iconographie en noir et blanc, présentant des scientifiques sur leurs lieux de travail et donnant des conseils de recherche apporte une certaine filiation maître/disciple que je trouvais amusante.

Nous avons repris l’ensemble des bonnes idées de « Get more… » : le code couleur du moteur de recherche [2], les exemples adaptés aux recherches de nos étudiants (j’ai pris un sujet posé deux ans plus tôt : les additifs alimentaires : savoir lire une étiquette) pour rappeler enfin que la bibliothèque est un support aux recherches des étudiants.

Nous avons ensuite ajouté quelques autres critères : créer une infographie qui soit sous une licence libre qui puisse être reprise, agrémentée, adaptée, modifiée et enrichie.

Cette infographie est déposée sur notre plateforme de formation à distance avec un ensemble d’autres ressources (vidéos, quiz, etc.) et permet aux étudiants nouvellement arrivés de remettre à niveau leurs compétences.

Un message : mettre en valeur notre travail

Et enfin, le plus important à mes yeux est de profiter du besoin initial pour développer le rôle d’appui de la bibliothèque à la recherche. Ce que j’apprécie le plus des formations données aux étudiants de première année, c’est la posture qu’elle nous donne auprès d’eux : nous ne sommes plus des machines de prêts et de retours, des techniciens, des photocopieuses ou du réseau WiFi en panne. Nous (re?) devenons à leurs yeux des personnes ressources qui peuvent leur être utiles dans leurs recherches.

Nos ressources numériques sont nombreuses mais dispersées.

Nous avons développé un espace documentaire autour de leurs besoins, nous sommes présents dans l’espace physique et nous guidons les usagers aux documents avec plaisir. Notre espace numérique est bien plus vaste, mais, il est vrai aussi, bien moins visible.

Une grande enquête a été lancée par le réseau des bibliothèques universitaires et écoles d’ingénieurs de Toulouse et Midi-Pyrénées au cours de l’hiver 2013 autour des usages des bibliothèques universitaires. L’un des résultats les plus marquants était le suivant : lorsque les outils fonctionnaient, que les usagers eussent accès aux ressources demandées, c’était avant tout grâce à l’éditeur. En revanche dès lors que la ressource n’était plus accessible, dès que le résolveur de lien renvoyait vers une impossibilité d’afficher, alors c’était de la faute de la bibliothèque. Étudiants, enseignants, chercheurs n’ont pas spécifiquement conscience du travail réalisé en amont, pour défricher, signaler et rendre accessible les ressources.

Face à la jungle éditoriale numérique, où chacun s’efforce de rendre son offre la plus illisible possible, c’est à nous de créer des sillages, de dépeindre le paysage et d’y orienter nos usagers : ils ont tout à y gagner et c’est là, la première de nos missions.

Diffusée sur nos canaux d’information (site, Facebook, Pinterest, Google+) cette infographie a eu son petit succès. Elle existe, elle n’est qu’au début de sa vie, faites la vivre, réutilisez là, modifiez-la. Elle ne demande que ça!


[1]  KOLOWICH, Steve, «What Students Don’t Know », insidehighered.com, 2011, [En ligne : https://www.insidehighered.com/news/2011/08/22/erial_study_of_student_research_habits_at_illinois_university_libraries_reveals_alarmingly_poor_information_literacy_and_skills ].

[2]  BETTIG, Christopher, WIGGINS, Chris et ODDONE, Roger, « Google Visual Assets Guidelines – Part 1 », behance.net, 2013, [En ligne : https://www.behance.net/gallery/9028077/Google-Visual-Assets-Guidelines-Part-1%5D.

About Aubin Buffiere

Documentaliste en Informatique documentaire et responsable de la formation des usagers à l'Information Scientifique et Technique - Bib'INSA de Toulouse

7 Réponses to “Une infographie pour maîtriser Google… et être reconnus des étudiants”

  1. bonjour ce questionnement sur l’usage professionnel de google a déjà fait l’objet de ou tentatives d’application en milieu lycéen par des enseignants documentalistes. Frédéric Rabat en a été l’un des premiers promoteurs il y a 7 ou 8 ans je pense. J’ai aussi fait cette tentative que je relate dans ce billet un peu décousu (le lien vers l’expérience de FR se trouve dans ce billet – sinon « Google est ton ami »😉 comme on dit).

    Une autre activité faite en interindividuel à http://www.relation-transformation-partage.info/wordpress/2012/03/10/retour-aux-sources-et-regard-critique-sur-une-formation-sur-google/ ainsi que dans ce dernier

    Quant à votre infographie, il faudrait que je la retravaille pour l’adapter au contexte lycéen. Un jour peut être. Dans tous les cas je la garde précieusement.

    L’un des soucis auquel on se heurte dans ce type de formation, c’est ce que vous dites très bien, l’aspect naturaliste de google d’une part. Il est là et puis c’est tout !

    Un autre soucis c’est que les étudiants/élèves savent qu’ils ont trouvés quelque chose mais ils ne savent pas qu’ils n’ont pas trouvé ce qu’il fallait. Et la formation ne prend son sens que quand un étudiant tout à coup, comme vous l’avez fait, ne trouve pas ! C’est à dire qu’il se rend compte qu’il n’a pas trouvé ce qu’il fallait et que son besoin d’information est encore là. cf un gars de chez vous, André Tricot.

    Comment faire pour les autres, je ne sais pas ! Votre infographie est intéressante de ce point de vue, c’est qu’elle essaye de proposer autre chose et donc je me la met dans mes trucs à garder, merci pour le partage

    J'aime

  2. tout cela rappelle des souvenirs au lycée où j’ai été documentaliste pendant 13 ans… des réflexions qui m’ont aussi traversé l’esprit : comment adapter, faire comprendre un outil aussi répandu que Google et surtout gagner en crédibilité ? Les élèves sont souvent dubitatifs face aux compétences des profs, les documentalistes sont mis dans le même panier que les profs. Mon deux sous sur la question. http://nfauredoc.wordpress.com/2014/12/12/reflexions-sur-la-recherche-documentaire-en-milieu-scolaire/
    merci pour ce partage !

    J'aime

Trackbacks/Pingbacks

  1. Une infographie pour maîtriser Google... ... - 10 novembre 2014

    […] Lors des formations documentaires que j’ai pu donner aux étudiants de première année à l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Toulouse, j’ai été confronté à un paradoxe désormais connu [1] : la majorité des étudiants cherchaient dans Google, mais sans aucune logique. Puisque le moteur constitue naturellement le cœur de leurs recherches, pourquoi ne pas les y former réellement? Pour créer un support esthétique et ludique, nous avons créé une infographie."..  […]

    J'aime

  2. Recherche d'information / bases de données | Pearltrees - 12 novembre 2014

    […] Une infographie pour maîtriser Google… et être reconnus des étudiants. Lors des formations documentaires que j’ai pu donner aux étudiants de première année à l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Toulouse, j’ai été confronté à un paradoxe désormais connu [1] : la majorité des étudiants cherchaient dans Google, mais sans aucune logique. […]

    J'aime

  3. Une infographie pour maîtriser Google... ... - 12 novembre 2014

    […] Lors des formations documentaires que j’ai pu donner aux étudiants de première année à l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Toulouse, j’ai été confronté à un paradoxe désormais con…  […]

    J'aime

  4. CAYLA (jenncay) | Pearltrees - 21 novembre 2014

    […] Une infographie pour maîtriser Google… et être reconnus des étudiants. Lors des formations documentaires que j’ai pu donner aux étudiants de première année à l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Toulouse, j’ai été confronté à un paradoxe désormais connu [1] : la majorité des étudiants cherchaient dans Google, mais sans aucune logique. […]

    J'aime

  5. Une infographie pour maîtriser Google... ... - 14 décembre 2014

    […] “ Lors des formations documentaires que j’ai pu donner aux étudiants de première année à l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Toulouse, j’ai été confronté à un paradoxe désormais con…”  […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :