Collaborer pour mieux former…

…c’est un peu notre rêve à nous les bibliothécaires-formateurs.

dream

Notre Graal, c’est le rapport de confiance et de complémentarité avec le corps enseignant, pour « le plus grand bien » des étudiants, afin qu’ils développent des compétences indispensables, non seulement à leur parcours universitaire, mais également à leur vie professionnelle, citoyenne et personnelle.

Or ce type de collaboration se construit et s’entretient dans la durée. C’est un lien qui se forme par la familiarisation des uns avec les autres ; il se développe grâce à la mutualisation d’expertises complémentaires. Sur mon lieu de travail, le site Uni Mail de la Bibliothèque de l’Université de Genève, cinq facultés cohabitent[1] et, au niveau de la formation des étudiants aux compétences informationnelles, il nous est parfois difficile d’avoir une vue d’ensemble des besoins généraux et spécifiques (à titre d’exemple, on dénombre env. 70 masters différents).

set_goal

Connaître, respecter les particularités de chaque faculté, les suivre dans leurs évolutions tout en observant le principe de l’égalité de services relève d’un travail de dentelière. Prendre la mesure de ce phénomène et renouer des liens qui se sont parfois distendus au gré des changements institutionnels et humains devenait primordial.

Entre octobre 2017 et avril 2018, nous avons mené une enquête auprès du corps enseignant, concernant leurs exigences en matière de compétences informationnelles envers les étudiants de fin de master. Elle s’articulait en trois volets :

  • le recueil de données quantitatives, constitué de trois questions :
    1. quelles compétences sont jugées indispensables en fin de master
    2. quelles compétences sont enseignées dans un de leur cours/séminaire
    3. par qui ces compétences devraient principalement être enseignées
  • le recueil de données qualitatives via des entretiens semi-directs (portant notamment sur niveau constaté des étudiants et les attentes du corps enseignant envers la bibliothèque)
  • le recueil de données plus stratégiques via des entretiens avec des personnes-clés de chaque faculté

Les résultats ne nous ont pas surpris, ce qui, en un sens rassure : nous sommes en bonne partie conscients des spécificités de nos publics ; mais il fallait le documenter, l’illustrer pour pouvoir l’acter et faire évoluer nos pratiques en matière de formation. Une des clés de lecture de notre enquête passait par la mise en relation de ces résultats avec toutes les données ayant trait à l’utilisation de la bibliothèque[2] (collections et services) afin de dresser un tableau le plus complet possible pour chaque faculté.

Au niveau des données quantitatives nous avons pu mettre en évidence une corrélation entre la technicité des tâches, leur faible taux d’enseignement ainsi que leur plus grande délégation aux bibliothécaires-formateurs.

correlation

Les bibliothécaires sont attendus dans un rôle plutôt traditionnel et peu au niveau des compétences à proprement parler. Pour ma part, je suis convaincue que nous portons notre part de responsabilité dans cette image de « techniciens », tant nous restons rivés à « nos » outils et « nos » ressources et peinons (ou n’osons pas) nous positionner sur les compétences.

Au niveau des données qualitatives, pour plusieurs facultés, le manque d’harmonisation des exigences envers les étudiants me paraît tout à la fois intéressant et révélateur de structures où la place des compétences informationnelles n’a encore été que peu pensée. De plus, il est parfois quasiment impossible pour les enseignants de dresser un panorama complet des acquis des étudiants en la matière tant les parcours de formations sont individualisés. Par conséquent, c’est en fin de cursus (rédaction du mémoire de fin d’études notamment) que les lacunes se font sentir et, la plupart du temps, les enseignants prennent individuellement en charge leurs étudiants pour remédier aux manques constatés.

Les données plus stratégiques ont été quant à elles établies grâce aux discussions avec les personnes-clés autour de la mise en relation des données collectées et de leur interprétation. Chaque personne rencontrée s’est montrée intéressée à mieux connaître les usages de la bibliothèque faits par ses étudiants, mais également à voir ce qu’il se passait dans les autres facultés. Le fait de pouvoir illustrer et comparer des données s’est révélé un excellent moteur pour les échanges. Cela nous a permis de proposer des pistes pour améliorer notre collaboration avec chaque Faculté, et cela, selon son mode de fonctionnement privilégié. Au-delà des particularités, les pistes d’évolution ont concouru à dresser une liste d’actions à entreprendre au niveau organisationnel.

posture

Il me semble quant à moi que la posture de formateur est à renforcer et à endosser pleinement si l’on veut développer des partenariats avec les enseignants.

En effet, par la formulation d’objectifs pédagogiques le bibliothécaire-formateur positionne clairement son intervention en termes d’acquisition de compétences, permettant ainsi aux enseignants et aux étudiants de percevoir son domaine d’expertise et, par conséquent sa complémentarité par rapport au cursus. Ces objectifs posent le fondement d’une collaboration, définissant les apports de chacun. Ils sont également un excellent vecteur de communication pour les étudiants qui devraient mieux comprendre l’importance de ce type de compétences pour leur parcours et leur vie future. A plus long terme, c’est à partir de ceux-ci qu’une forme d’évaluation des acquis pourra se mettre en place.

Au-delà de ce positionnement à assumer pleinement, il est indispensable d’identifier les interlocuteurs privilégiés en matière de stratégie.  En effet, le lien privilégié entre les enseignants et la bibliothèque est encore trop souvent incarné par les collections. D’ailleurs, l’explosion des coûts et les restrictions budgétaires ne font que braquer encore plus les projecteurs sur cette « pointe de l’iceberg » des prestations de la bibliothèque. Si chaque discipline du site Uni Mail de la Bibliothèque de l’Université de Genève bénéfice d’un tandem enseignant / bibliothécaire spécialisé, notre enquête a clairement mis en évidence que dans de nombreux cas, ces personnes de référence ne sont pas nécessairement les plus concernées par la formation aux compétences informationnelles. D’autres tandems sont dès lors à mettre en place.

L’avantage de notre étude est d’avoir fait la moitié du chemin : nous avons eu la chance de rencontrer des personnes enthousiastes et intéressées à prendre le temps d’interpréter avec nous les données que nous leur avons présentées et à imaginer ensemble les améliorations dont pourraient bénéficier leurs étudiants. Entre leur charge de cours et les fonctions assumées au sein de leur faculté, ces personnes ont un agenda bien rempli. C’est donc à nous qu’il incombe, dans un premier temps en tout cas, de prendre régulièrement l’initiative de la rencontre afin de communiquer mieux et plus sur l’évolution de notre offre de formation car, comme nous disait un enseignant « Les académiques sont comme des poissons rouges : il faut très régulièrement vous rappeler à leur bon souvenir, autrement ils oublient malgré leur intérêt ».

total

source: Kalhh (Pixabay)

 

Lien vers le rapport complet : https://archive-ouverte.unige.ch/unige:108096

[1] Il s’agit des Facultés de Droit, de Sciences de la société (SdS), d’Economie et management (GSEM), de Psychologie et sciences de l’éducation (FPSE) et de Traduction et d’interprétation (TI).

[2] Outre nos propres statistiques, nous avons pu nous appuyer sur les données de l’Observatoire de la Vie Etudiante.

Publicités

À propos de Caro B

Carole Bessero, bibliothécaire-formatrice en charge de la coordination de la formation documentaire sur le site Uni Mail de la Bibliothèque de Genève.

Pas encore de commentaire... Lancez-vous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :