La recherche d’information est une exploration stratégique

Synthèse de la présentation du 22 mai 2019

Caroline Archambault, M.B.S.I., HEC Montréal et Christine Brodeur, M.S.I., Polytechnique Montréal

Le Groupe de travail de la Promotion du développement des compétences informationnelles (GT-PDCI) et le sous-comité des bibliothèques du BCI ont organisé conjointement six vidéoconférences sur les fondements du Référentiel de compétences informationnelles en enseignement supérieur de l’ACRL pour les bibliothécaires-formateurs en milieu universitaire québécois. En mai 2019, une sixième et dernière vidéoconférence sur le fondement La recherche d’information est une exploration stratégique fut présentée par Caroline Archambault de la bibliothèque HEC Montréal et Christine Brodeur de la bibliothèque Louise-Lalonde-Lamarre de Polytechnique Montréal. En voici une synthèse.

Le fondement

À première vue, ce fondement peut sembler similaire à La recherche savante est une démarche d’investigation. Il peut effectivement avoir certains recoupements entre ces deux fondements, entre autres le fait que l’on parle, dans les deux cas, de démarche itérative et non linéaire. La non-linéarité de la démarche d’investigation amènera les apprenants à des divergences d’opinions, des débats, ou à se poser d’autres questions. Dans le cas de l’exploration stratégique, les itérations amèneront les étudiants à réfléchir sur les producteurs d’informations, à consolider leur question de recherche, à bonifier leur vocabulaire ou à explorer différents outils de recherche d’information.

Il existe aussi une différence majeure : la démarche d’investigation relève davantage de la conception de la recherche alors que l’exploration stratégique relève de l’application et de la mécanique de celle-ci.

Comme le fondement La recherche d’information est une exploration stratégique se rapproche de la mécanique de la recherche d’information, nous croyons qu’il est plus près de ce qui est déjà mis en œuvre par les bibliothécaires-formateurs. De l’explorer plus en détail nous permettra tout de même de bonifier nos pratiques.

Les habiletés

Lors de la vidéoconférence, les habiletés ont été présentées en suivant l’histoire fictive de Mathilde, une étudiante en génie, ayant besoin de trouver de l’information sur un sujet bien précis. Bien que nous soyons conscientes que les étudiants qui suivent nos formations ne feront pas toutes les étapes proposées dans notre exemple, nous croyons que le parcours fictif de Mathilde aide à bien comprendre les différentes habiletés ainsi que les embûches qui composent le fondement.

Mathilde doit effectuer une recherche documentaire. Elle tape quelques mots dans Google, mais n’est pas très satisfaite du résultat.

Elle décide alors d’aller demander de l’aide à la Bibliothèque. Nous lui expliquons alors qu’une recherche se planifie, qu’elle peut se faire un plan de travail et ainsi bien cibler son besoin d’information. Mathilde réalise alors que son questionnement est trop large et décide de préciser son besoin d’information : extraction et récupération de la chaleur du métro (qui est une source précise d’énergie non conventionnelle). Cette action est directement reliée à l’habileté : définir la portée initiale des tâches à accomplir pour satisfaire un besoin d’information.

Pour la suite de sa recherche, nous expliquons à Mathilde qu’elle doit réfléchir sur la provenance de l’information dont elle a besoin. Qui a pu créer de l’information en lien avec son sujet de recherche? Des chercheurs? Des gens provenant de l’industrie, du milieu gouvernemental? On lui indique qu’elle doit dresser la liste des intervenants concernés pouvant avoir produit de l’information sur son sujet, pour ensuite déterminer comment accéder à ces renseignements. Pour être capable de sélectionner les bonnes sources d’information, il faut réfléchir à qui peut avoir produit les informations utiles.

Mathilde réfléchit justement où elle pourrait trouver l’information. Interrogation de bases de données? Demander à des collègues? Suivre des chercheurs sur Twitter? Elle ne veut pas perdre son temps. En tant que bibliothécaires, nous avons souvent tendance à orienter les apprenants vers les bases de données et la recherche très structurée. Cependant, il est possible d’utiliser un raisonnement divergent (p. ex., le remue-méninges) et convergent (p. ex., le choix de la meilleure source) durant la recherche. Nous pouvons donc dire à Mathilde que les différentes démarches peuvent porter fruit, en mettant de l’avant que certaines permettront des recherches structurées, tandis que d’autres lui permettront d’explorer le sujet sous différents angles et que c’est peut-être par hasard qu’elle fera des découvertes. Il est important d’explorer diverses possibilités et de laisser de l’espace à la créativité dans la recherche d’information.

Figure 1. Relier 9 points.
Pour relier les 9 points avec 4 lignes droites, sans lever le crayon da la feuille, il faut penser différemment et ne pas hésiter à sortir des sentiers battus, tout comme lors de la recherche d’information.

Comme Mathilde a bien ciblé son besoin, a réfléchi à qui produit l’information et a pensé à comment elle fera sa recherche, il lui est ensuite plus facile de relier les besoins d’information et les stratégies de recherches aux outils adéquats de recherche. Elle réalise qu’elle a besoin d’articles scientifiques, donc qu’elle doit chercher dans des bases de données bibliographiques, mais aussi de certaines données sur le métro, qu’elle trouvera peut-être sur le portail des données ouvertes de la ville de Montréal.

Pour interroger les bases de données, Mathilde développe la stratégie de recherche ci-dessous, et se rend compte qu’elle n’obtient pas les résultats voulus…

(Extraction Recovery Recuperation) AND (Chaleur Heat) AND (Metro Subway Underground railway)

Il n’est pas toujours facile pour les étudiants, souvent habitués aux moteurs de recherche tel Google, de comprendre la structure d’une recherche avancée. Nous devons les aider à comprendre les opérateurs booléens, les expressions exactes et la troncature pour élaborer des stratégies de recherche et les raffiner en fonction des résultats de recherche et de l’évolution des besoins. La stratégie de Mathilde pourrait alors ressembler à :

(Extract* OR Recover* OR Recuperat*) AND (Heat) AND (Metro OR Subway* OR « Underground railway* »)

En lançant sa recherche dans Web of Science, Mathilde obtient, entre autres, les résultats ci-dessous :

Le premier semble prometteur, mais le deuxième n’est pas du tout en lien avec son sujet. Elle ne comprend pas pourquoi. Nous l’aidons à comprendre l’organisation des systèmes d’information (c’est-à-dire le mode de consignation et de classement de l’information) permettant d’accéder aux données pertinentes à son besoin. Nous lui expliquons comment les bases de données sont construites et quels sont les objectifs des différents outils (p. ex., ScienceDirect permet l’accès aux documents de l’éditeur Elsevier, et Scopus, bien qu’aussi produit par Elsevier, vise à couvrir l’ensemble des sciences et inclut des articles provenant de multiples éditeurs). L’organisation de l’information comprend aussi, entre autres, la compréhension de l’organisation de l’information à l’intérieur d’une base de données (utilisation des champs), l’accès au contenu (connexion par proxy, authentification unique, libre accès…) et les différentes versions d’un article (prépublication, post-publication, version de l’éditeur…). Cette organisation n’est pas toujours transparente et est souvent difficile à comprendre pour les apprenants.

Figure 2. Répartition des articles dans les bases de données. Équipe des bibliothécaires de Polytechnique Montréal. 2017.

Pour obtenir des résultats de recherche pertinents, Mathilde doit aussi adapter le type de langage utilisé (p. ex., vocabulaire contrôlé, mots-clés, langage naturel) à sa situation de recherche. Nous lui indiquons qu’un vocabulaire contrôlé impose l’utilisation de termes prédéfinis, et qu’elle doit trouver ces termes pour chacune des bases de données. Le langage naturel peut être plus facile à utiliser, mais il faut penser aux différents synonymes pouvant être utilisés par les auteurs.

Une fois passée à travers toutes ces étapes, Mathilde devrait avoir obtenu plusieurs résultats de recherche. Ces résultats sont-ils utiles pour elle? Est-ce qu’elle se rappelle comment elle a obtenu ces divers résultats? Elle devrait s’assurer d’avoir compris les différentes étapes de la démarche d’exploration stratégique, et de garder une trace de ses différentes étapes. Cela devrait lui permettre de contrôler avec efficacité sa démarche de recherche et les résultats qu’elle obtient. Pour aider les étudiants à bien contrôler leur démarche et vérifier qu’ils ont bien développé leur stratégie, les bibliothécaires de Polytechnique Montréal ont développé une grille d’auto-évaluation qui est disponible sur la plateforme de partage ACRL Framework for Information Literacy Sandbox.

Les dispositions

Comme pour les autres fondements, les dispositions concernent les « savoir-être » directement liés aux habiletés. Pour le fondement La recherche d’information est une exploration stratégique, nous croyons que l’un des savoir-être très importants à retenir est la persévérance. Les étudiants doivent réaliser qu’une stratégie de recherche efficace ne se développe pas en deux minutes, et qu’il faut faire preuve de créativité, sans avoir peur d’explorer différentes méthodes qui ne seront pas nécessairement toujours toutes utiles. Pour lire l’ensemble des dispositions, consultez la page 19 du Référentiel de compétences informationnelles en enseignement supérieur.

Partage d’activités

Bien qu’on ait eu quelques petits problèmes techniques avec le Padlet pendant la vidéoconférence, plusieurs participants nous ont envoyé leurs suggestions d’activités en lien avec les différentes habiletés explorées. Il est toujours possible de les consulter.

Conclusion

La recherche d’information n’est pas une démarche linéaire et doit souvent se faire par itérations. Il faut prendre conscience de l’importance de bien définir les besoins d’information, mais aussi que ces besoins peuvent changer en cours de route.

Pour bien chercher de l’information, être en mesure d’identifier les principaux producteurs d’information concernant notre sujet est essentiel pour ensuite trouver les sources à utiliser. Il est également important de comprendre l’organisation de l’information et que cette organisation diffère souvent d’une source à une autre.

Les technicalités de la recherche ne sont pas à négliger et permettent de construire des stratégies de recherche efficaces. Toutes ces étapes ne sont pas faciles pour les apprenants. Nous devons, en tant qu’experts, les soutenir dans leur démarche et les aider à persévérer pour qu’ils puissent trouver toute l’information dont ils ont besoin.

À propos de brodeurchristine

Bibliothécaire en sciences et génie, Polytechnique Montréal

Pas encore de commentaire... Lancez-vous!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :