Bulletin de veille: identité professionnelle du bibliothécaire

Dans ce billet de veille sur l’identité professionnelle du bibliothécaire, la recension de la littérature concerne les publications de l’année 2020 et plus de quarante références ont été retenues. Les aspects abordés dans ce billet sont la collaboration, le bibliothécaire de liaison, le rôle du bibliothécaire, les habiletés et compétences, les rôles émergents et les tendances et défis de la profession.

Débutons ce billet par l’étude de Ducas et collaborateurs (2020) à propos des rôles émergents des bibliothécaires dans des universités canadiennes. L’enquête a été réalisée à l’aide d’un sondage de 38 questions qui a été envoyé à 743 bibliothécaires et archivistes universitaires. Ces questions étaient sur la base de cinq champs d’activité que les auteurs jugeaient liés avec un changement de tâches significativement important au cours des dernières années. Ces tâches étaient associées au soutien à la recherche; aux formations, à l’espace numérique, aux services aux usagers et à l’aide à la publication. Face à ces tâches, les auteurs ont montré que les professionnels étaient confiants de performer dans ces tâches à plus de 50% (62% pour le support à la recherche; 75% pour les pratiques d’apprentissage, 50% pour l’espace numérique, 60% pour les services aux usagers et 53% pour l’aide à la publication). La grande majorité des habiletés acquises pour répondre à ces nouvelles tâches proviennent de l’expérience acquise par les professionnels au cours de leur carrière et par leurs propres initiatives. La satisfaction est comparable entre les bibliothécaires qui ont des tâches plus traditionnelles à ceux qui ont des tâches principalement émergentes ou à ceux qui ont des tâches traditionnelles et émergentes. La seule différence notable est que les professionnels avec uniquement des rôles nouveaux ont exprimé un niveau de satisfaction plus élevé en ce qui concerne les opportunités de défi. Dans l’ensemble, les répondants estiment qu’ils ont un impact significatif sur l’université. Avec une plus grande intégration des nouveaux rôles, l’impact des professionnels devrait augmenter avec le temps au sein de l’université.

Regardons maintenant d’autres expériences dans la littérature en ce qui a trait à la collaboration, au bibliothécaire de liaison, au rôle du bibliothécaire, aux habiletés et compétences, au mentorat et à l’aide à la publication.

La collaboration

À la bibliothèque de l’Université de Wollongong (Australie), Hardy et McKenzie (2020) décrivent la mise en place pour le développement d’objets d’apprentissage numériques en collaboration avec des professeurs permettant de cibler les besoins des étudiants.

Wolski et collaborateurs (2020)  mentionnent que la collaboration entre professeurs et bibliothécaires est nécessaire dans l’enseignement universitaire. Il faut s’adapter au nouvel environnement numérique, non seulement dans les domaines de l’apprentissage et de l’enseignement, mais également au sein des équipes de recherche. Bien que les bibliothèques jouent un rôle important dans le développement de la littératie numérique des chercheurs en tant qu’individus, peu d’attention a été accordée à la capacité numérique de l’équipe de recherche. Les auteurs proposent un modèle qui permet au personnel de la bibliothèque d’évaluer la capacité numérique de l’équipe de recherche, ce qui leur permet non seulement d’adapter leurs services à des équipes de recherche spécifiques, mais également de conduire des changements dans l’offre globale de services pour mieux répondre aux besoins des chercheurs de toute l’organisation. L’utilisation de ce modèle modifie la nature des conversations du personnel de la bibliothèque avec les chefs d’équipe de recherche. En complément des besoins, l’étude de Davidson Squibb et Zanzucchi (2020) montre que les étudiants qui se dirigent en recherche emploient un éventail de capacités dans le processus de recherche et démontrent une connaissance émergente de l’environnement de l’information et des disciplines universitaires. Parce que le programme d’études influence fortement le développement de la maîtrise de l’information, les bibliothécaires devraient poursuivre des collaborations étroites avec le corps professoral. En complément toujours, mais au niveau des chercheurs, il y a l’étude de Nickels et Davis (2020) de l’Université de North Carolina State. Les auteurs ont interviewé des chercheurs et des bibliothécaires pour mieux comprendre les besoins des chercheurs selon ces deux points de vue. Ils fournissent des recommandations pour améliorer le soutien à la recherche dans les bibliothèques et les stratégies à adopter par les bibliothécaires pour découvrir les ressources de recherche pertinentes aux différents types de chercheurs.

Pothier et Condon (2020) mentionnent qu’«apprendre » à interpréter les données prépare les professionnels à recommander des actions basées sur l’analyse des données ou à prendre des décisions basées sur les données». La collaboration entre le bibliothécaire et les employés autonomes et ceux d’organisations commerciales est un rôle dans lequel les bibliothécaires peuvent promouvoir la maîtrise des données et établir des compétences sur le lieu de travail afin de permettre une communication plus efficace et produire de meilleurs résultats.

Caillou (2020) commente certains points soulevés par S.I.Lex dans son billet de blog : Et si l’open access était une question de digital labor? du 03/02/2020. L’auteure s’interroge sur l’identité professionnelle du bibliothécaire. Certaines personnes partagent la perception de la profession de bibliothécaire comme étant un travail de type secrétariat ou d’interchangeabilité car toute personne peut faire ce travail. Avant toute chose cependant, c’est le travail qui nous définit. Les bibliothécaires sont au service de de la communauté universitaire dont ils font eux même partie. À l’heure où effectivement l’on perçoit l’importance des enjeux liés aux données de la recherche, qu’elles soient privées ou publiques, transmises et partagées, le bibliothécaire devient le point central qui travaille avec la donnée alors que l’informaticien travaille sur la donnée. Ce débat resurgit à l’heure de l’accès libre et au moment où la collaboration entre chercheurs et bibliothécaires devient nécessaire.

Gestionnaire de la donnée

Cooper et collaborateur (2020) partagent les résultats d’un sondage auprès des universités canadiennes visant à évaluer l’état actuel dans la mise en place et l’affectation de ressources humaines, organisationnelles, d’infrastructure et financières pour la gestion des données de recherche sur leur campus. Les résultats du sondage en ligne par Simple Survey montrent que les représentants des établissements universitaires considèrent que le manque de temps, la connaissance limitée des avantages, le manque d’incitatifs et le financement insuffisant sont des freins. De plus, le manque de personnel qualifié et possédant une expertise constitue un obstacle majeur qui explique partiellement l’objection des chercheurs à fournir des données ou à les partager. Pour les répondants, les bibliothèques jouent un rôle actif de leader dans la prestation de services d’information, de conseil et de soutien à la conservation (voir également Tenopir et collaborateur [2020]), tandis que les TI jouent un rôle de premier plan dans la prestation de services informatiques de données et de soutien technique.

Pour Benzing (2020), le bibliothécaire est plus vu comme un conservateur de données et son rôle serait de fournir un support pour 1) créer une documentation adéquate ; 2) fournir un stockage sécurisé ; 3) assurer la qualité des données ; 4) créer ou fournir des métadonnées ; 5) représenter par graphique les données et 6) former les chercheurs.

Huck (2020) partage son expérience de bibliothécaire de gestion de la donnée. Trouver les bonnes données peut être un défi parfois, mais c’est surtout l’accès qui est le plus grand problème. Les usagers connaissent exactement de quelles données ils ont besoin, mais ils ont du mal à l’utiliser pour diverses raisons.

De liaison

Kranich et collaborateurs (2020) décrivent les efforts des bibliothèques de l’Université Rutgers, au Nouveau-Brunswick, pour étudier l’évolution des rôles et des responsabilités des bibliothécaires de liaison. Un comité d’évaluation a été créé pour décrire le travail des bibliothécaires de liaison, pour faire correspondre les responsabilités de liaison aux priorités de mission et de service des bibliothèques, pour partager ce travail avec les intervenants et pour évaluer la pertinence et l’impact des efforts des bibliothécaires. Ces efforts ont permis de développer des collaborations avec les communautés du campus pour favoriser la production, la conservation, et la recherche de ressources

Mentorat

Quelques exemples d’activités de mentorat sont décrits. Malecki et Bonanni (2020) se questionnent sur la standardisation des pratiques des activités de mentorat dans les programmes des étudiants en bibliothéconomie à l’aide d’une revue de la littérature. Soltovets et collaborateurs (2020) mentionnent que le personnel des bibliothèques universitaires fournit aux chercheurs et aux apprenants une assistance qui peut être classée comme un soutien au mentorat en ce qui concerne leurs principaux rôles, les types de relations établies, les paramètres et les approches pour répondre à leur besoin. Les compétences numériques les plus développées se situent à la frontière entre l’information et la littératie numérique et sont principalement liées à la recherche, à l’évaluation et à la protection des informations. Cela pourrait suggérer de mettre davantage l’accent sur le soutien au mentorat des bibliothèques dans le domaine de la promotion de la science ouverte et du développement de la littératie numérique dans la formation doctorale.

Soulen (2020) mentionne que les bibliothécaires scolaires peuvent faire une différence dans la vie professionnelle des nouveaux enseignants en adoptant un modèle de mentorat vers la collaboration. Travailler avec de nouveaux enseignants diffère de travailler avec des éducateurs plus expérimentés. Les nouveaux enseignants scolaires ont des besoins spécifiques et définis, notamment le développement de la résilience, la gestion des classes et le maintien de leur engagement et de leur efficacité.

Aide à la publication

Dans son éditorial, Gwyer (2020) présente des scénarios pour explorer à quoi pourrait ressembler la communication universitaire en 2029 et le rôle des bibliothécaires aux chercheurs. Cette collaboration entre bibliothécaires et chercheur pourrait être au sujet de comment et où publier, de la gestion des droits, de la gestion de l’identité numérique du chercheur, de comprendre les problèmes de parti pris et d’aider à élaborer des stratégies de recherche avec les nouveaux systèmes d’information à venir. De plus, il y a des questions intéressantes sur la paternité et l’originalité si les moteurs de recherche deviennent capables de composer des articles (composition automatique de texte avec des algorithmes d’intelligence artificielle). Finalement, il faudra s’assurer que les chercheurs comprennent et tirent parti des opportunités disponibles pour publier dans des environnements ouverts.

Pour Perry (2020), cette aide à la recherche et à la publication serait en lien avec la reconnaissance des conflits d’intérêts. Son étude doctorale a été réalisée à l’aide de sondages et d’interviews de professeurs et d’étudiants du département des sciences biomédicales de Simmons College. Il est important de connaître les besoins des étudiants, de comprendre, d’identifier et d’évaluer les informations en tenant compte de la possibilité de biais. La formation aux compétences informationnelles peut être un moyen pour arriver à répondre à ces besoins.

McGurr (2020) présente les résultats d’un sondage pour déterminer combien d’universités américaines ayant des programmes de médecine ou de pharmacie avaient des centres d’écriture, combien étaient intéressées à en créer un et comment les bibliothécaires percevaient les centres d’écriture sur le campus. Le sondage de 12 questions a été envoyé en ligne à 233 répondants et de ce nombre, 54 ont complété le questionnaire. Les résultats du sondage montrent que 68% des répondants avaient un centre d’écriture sur le campus, 23% avaient un centre d’écriture dans leur bibliothèque et 11% avaient un centre d’écriture sur le campus des sciences de la santé, y compris dans la bibliothèque des sciences de la santé. Aucun répondant n’a déclaré avoir entendu des commentaires négatifs de la part des professeurs ou des étudiants au sujet des centres d’écriture, et 60% des répondants ayant des centres d’écriture accessibles aux étudiants en médecine et en pharmacie en recommanderaient un aux bibliothèques des sciences de la santé qui n’en avaient pas.

Habiletés

Sapp Nelson (2020) mentionne que le développement des compétences informationnelles en gestion de données peut aider les bibliothécaires à contribuer de façon substantielle à la conservation et à la stabilité à long terme des données de leur organisation. Les opportunités qui s’offrent à la gestion des données peuvent être déterminées de deux manières chez le bibliothécaire: (1) identifier une phase spécifique du cycle de vie des données désirée et examiner les compétences pertinentes pour cette phase, ou (2) sélectionner un ensemble de compétences spécifiques déjà maîtrisé et rechercher des domaines d’application potentiels dans la maîtrise des données et la gestion des données de recherche. Quoi qu’il en soit, le bibliothécaire a la possibilité d’identifier de nouvelles façons d’appliquer les compétences existantes et de découvrir les applications potentielles de nouvelles compétences.

Bernabè et Tinti (2020) présentent les lignes directrices de la troisième mission (l’impact social), publiées par l’Agenzia nazionale di valutazione en regard des bibliothèques patrimoniales universitaires. Les auteurs précisent que de nombreuses compétences différentes (histoire, bibliographie, TIC, marketing, gestion financière, etc.) sont nécessaires pour gérer des projets sur le patrimoine des bibliothèques, de sorte que la coopération avec le personnel académique et les partenaires externes peut être utile. De plus, cette perspective peut amener les bibliothèques universitaires à explorer de nouvelles façons de renforcer leur rôle dans la société (par exemple le tourisme culturel).

Iwu-James et collaborateurs (2020) suggèrent aux bibliothécaires d’adopter des stratégies d’intelligence compétitive pour relever les défis des changements rapides dans la profession. C’est en revoyant leur stratégie de marketing que les bibliothécaires se démarqueront. Les auteurs identifient les moyens qui pourraient donner au marketing des bibliothèques un avantage concurrentiel et aussi les défis reliés à la mise en place de ces moyens.

Dans le deuxième numéro de l’année 2019 de la revue I2D, information, données et documentation : Parcours professionnels des documentalistes, Pasquier (2019) a colligé des témoignages de parcours professionnels de documentalistes avec de nouvelles approches dans la profession et des carrières internationales.

Shonhe (2020) a fait une analyse bibliométrique dans Web of Science pour dégager une analyse descriptive des résultats de la recherche concernant la formation continue des bibliothécaires. L’auteure mentionne que la formation continue est cruciale car elle améliore les compétences des employés et qu’elle a le potentiel d’augmenter et d’améliorer la productivité et les services de la bibliothèque. L’article tentait surtout de susciter plus d’intérêt pour la recherche dans la formation continue des bibliothécaires

Raszewski et Peterson (2020) présentent les résultats d’un stage conjoint en sciences de la santé à l’université Rush (Chicago) pouvant aider les étudiants en bibliothéconomie et en sciences de l’information et les diplômés récents à développer des compétences qui peuvent être bénéfiques pour leurs futurs postes en sciences de la santé ou dans d’autres bibliothèques. Ces expériences peuvent être transférables pour leur future carrière et montrent que les projets de stage sont utiles aux participants. Namaganda (2020) précise qu’un programme de perfectionnement professionnel adapté au contexte, soutenu adéquatement par la gestion de la bibliothèque, est susceptible de fournir un modèle efficace de formation continue.

Bronstein et Nebenzahl (2020) présentent les résultats d’une enquête auprès du personnel de deux bibliothèques en Israël et des membres de listes de discussion en sciences de l’information. Par les 183 questionnaires valides, les auteurs ont pu dégager 46 aptitudes et compétences et de ce nombre, quatre grands thèmes : 1) compétences technologiques, 2) compétences en information, 3) compétences personnelles et 4) compétences traditionnelles en bibliothéconomie. Les auteurs précisent que, indépendamment des changements rapides auxquels la profession a été confrontée au cours des dernières décennies, les compétences qui ont été au cœur de la profession sont toujours pertinentes aux côtés des compétences technologiques liées aux environnements en ligne tels que le développement de sites Web et le management. Les auteurs espèrent par leur étude fournir des échelles d’évaluation pour l’identification et la classification des aptitudes et des compétences nécessaires pour travailler dans la profession.

Marcerou-Ramel (2020) décrit le cadre atypique de recrutement, de formation et d’exercice des professionnels de la bibliothèque et de l’information en France à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib). L’auteure montre par la suite les changements apportés à l’Enssib depuis quatre ans afin d’adapter ses processus de formation aux besoins et aux attentes des communautés professionnelles. Ces changements ont été sur la base de trois axes : le contenu, le cadre des compétences informationnelles et l’innovation pédagogique.

Curiosités

Tewell (2020) fournit une compréhension des modèles de déficit d’attention des usagers et l’auteur décrit leurs attitudes lors de formations en bibliothèque.  L’auteur décrit des contre-approches efficaces et des exemples spécifiques pour mettre en pratique des principes alternatifs qui peuvent guider les apprentissages en bibliothèque.

Dans leur revue exhaustive, Kung et collaborateurs (2020) relèvent les différentes initiatives pour recruter et retenir dans la profession les bibliothécaires universitaires issus des minorités au Canada et aux États-Unis. Les auteurs mentionnent qu’un nombre de programmes existent pour recruter des minorités dans les programmes de bibliothéconomie, toutefois le nombre des minorités sur le terrain stagnent depuis des décennies.

Do et Nuth (2020) présentent le rôle du gestionnaire intermédiaire en bibliothécaire. Par le biais de dix entrevues, les auteurs relèvent des thèmes importants liés à leur fonction : initier ou mettre en œuvre un changement ; établir des relations professionnelles avec des collègues à tous les niveaux hiérarchiques ; soutenir la culture organisationnelle et le développement professionnel et apporter un soutien institutionnel à l’apprentissage

Le bibliothécaire comme un agent de développement? Au niveau industriel (Hussain, 2020), en ruralité en Égypte (Mansour [2020)], au Missouri (Lane, [2019]), au Texas (Perryman et Jeng [2020]) et au niveau de l’économie locale en Inde (Biswas et Mahato [2020]). Tragert (2020) suggère que les bibliothécaires sont des agents de promotion des compétences informationnelles dans les entreprises.

Fortier (2020) présente quelques moyens en soutien aux études autochtones à l’Université de Montréal.

Quelques suggestion de livres

The Role of the Librarian in the Research Life Cycle: Research Collaboration Among the Library and Faculty (Chigwada, 2020)

Libraries that Learn: Keys to Managing Organizational Knowledge (Bartlett et Acadia, 2019)

Références bibliographiques

Bartlett, J. A., & Acadia, S. (2019). Libraries that learn : keys to managing organizational knowledge. Chicago: ALA Editions.

Benzing, M. (2020). DATA-C: Five Steps to Better Data Curation. Computers in Libraries, 40(2), 26-29.

Bernabè, A., & Tinti, P. (2020). Universities, Third Mission and academic libraries’ heritage. Towards an assessment scheme. JLIS.it, 11(1), 56-72.

Biswas, S., & Mahato, A. (2020). The Role of Public Libraries in Local Economic Development in West Bengal. Library Philosophy and Practice, (Jan) 1-8.

Bronstein, J., & Nebenzahl, O. (2020). Developing scales for identifying and classifying library and information science skills and competencies: An Israeli perspective. Journal of Librarianship & Information Science, 52(1), 161-168.

Caillou, E. (2020). Le digital labor.

Chigwada, J. P. (2020). The Role of the Librarian in the Research Life Cycle: Research Collaboration Among the Library and Faculty. In Cooperation and Collaboration Initiatives for Libraries and Related Institutions (pp. 335-346): IGI Global.

Cooper, A., Perry, C., Szwajcer, A., Wang, M., & Khair, S. (2020). Sondage sur la capacité des services institutionnels de gestion des données de recherche: Sommaire. Réseau Portage, 74p.

Davidson Squibb, S. L., & Zanzucchi, A. (2020). Apprenticing Researchers: Exploring Upper-Division Students’ Information Literacy Competencies. Portal : Libraries and the Academy, 20(1), 161-185.

Do, D. T., & Nuth, A. (2020). Academic Library Middle Managers as Leaders: In Their Own Words. Journal of Library Administration, 60(1), 41-70.

Ducas, A., Michaud-Oystryk, N., & Speare, M. (2020). Reinventing Ourselves: New and Emerging Roles of Academic Librarians in Canadian Research-Intensive Universities. College & Research Libraries, 81(1), 43-65.

Fortier, C. (2020). Soutenir les études autochtones en bibliothèque universitaire. Bulletin des diplômés du Département d’anthropologie de l’Université de Montréal ; no 5, Études autochtones à l’UdeM. 3p.

Gwyer, R. (2020). Scholarly Communication in 2029: Using Scenarios to Predict an Uncertain Future. New Review of Academic Librarianship, 26(1), 1-5.

Hardy, A., & McKenzie, C. (2020). Meeting Students Where They Are: Just in Time Embedded Delivery of Information and Digital Literacy Skills. International Information & Library Review, 52(1), 64-72.

Huck, J. M. (2020). Identifying, Accessing and Evaluating Data. Information Outlook (Online), 24(1), 4-6.

Hussain, A. (2020). Industrial revolution 4.0: implication to libraries and librarians. Library Hi Tech News, 37(1), 1-5.

Iwu-James, J., Haliso, Y., & Ifijeh, G. (2020). Leveraging Competitive Intelligence for Successful Marketing of Academic Library Services. New Review of Academic Librarianship, 26(1), 151-164.

Kranich, N., Lotts, M., Nielsen, J., & Ward, J. H. (2020). Moving from Collecting to Connecting: Articulating, Assessing, and Communicating the Work of Liaison Librarians. portal: Libraries and the Academy, 20(2), 285-304.

Kung, J. Y., Fraser, K.-L., & Winn, D. (2020). Diversity Initiatives to Recruit and Retain Academic Librarians: A Systematic Review. College & Research Libraries, 81(1), 96.

Lane, M. A. (2019). Beyond Curriculum: Information Literacy, Librarianship, and the Role of the Faculty at a Rural Community College in Missouri. (Ed.D.), Lindenwood University, Ann Arbor. 132p.

Malecki, A. L., & Bonanni, M. (2020). Mentorship programs in academic libraries. Public Services Quarterly, 16(1), 35-40.

Mansour, E. (2020). Libraries as agents for development: The potential role of Egyptian rural public libraries towards the attainment of Sustainable Development Goals based on the UN 2030 Agenda. Journal of Librarianship & Information Science, 52(1), 121-136.

Marcerou-Ramel, N. (2020). The Initial Training of Librarians and Curators in France: A National Mission. Bibliothek Forschung und Praxis, [article soumis]

McGurr, M. J. (2020). Writing centers, libraries, and medical and pharmacy schools. Journal of the Medical Library Association, 108(1), 84-88.

Namaganda, A. (2020). Continuing professional development as transformational learning: A case study. Journal of Academic Librarianship.

Nickels, C., & Davis, H. (2020). Understanding researcher needs and raising the profile of library research support. Insights, 33, 1-13.

Pasquier, C. (2019). Parcours professionnels de documentalistes. I2D – Information, données & documents, 2(2), 132p.

Perry, H. B. (2019). Conflict of Interest in Scientific Research: Does Explicit Instruction Increase Undergraduate Knowledge and Recognition of Potential Conflict? (D.Bibl.), Simmons College, Ann Arbor. 271p.

Perryman, C. L., & Jeng, L. H. (2020). Changing Models of Library Education to Benefit Rural Communities. Public Library Quarterly, 39(2), 102-114.

Pothier, W. G., & Condon, P. B. (2020). Seven Baseline Data Literacy Competencies for Employees. Information Outlook (Online), 24(1), 7-9.

Raszewski, R., & Peterson, J. (2020). Benefits of a joint health sciences practicum for students in library and information sciences: A case report. Journal of the Medical Library Association, 108(1), 106-112.

Sapp Nelson, M. (2020). Adding Data Literacy Skills to Your Toolkit. Information Outlook (Online), 24(1), 10-11.

Shonhe, L. (2020). Continuous Professional Development (CPD) of librarians: A bibliometric analysis of research productivity viewed through WoS. Journal of Academic Librarianship, 46(2)

S.I.Lex (2020). Et si l’Open Access était une question de Digital Labor ?

Soltovets, E., Chigisheva, O., & Dmitrova, A. (2020). The role of mentoring in digital literacy development of doctoral students at British universities. Eurasia Journal of Mathematics, Science and Technology Education, 16(4).

Soulen, R. R. (2020). The Continuum of Care: A Model for Collaboration with New Teachers. Knowledge Quest, 48(4), 36-42.

Tenopir, C., Rice, N. M., Allard, S., Baird, L., Borycz, J., Christian, L., . . . Sandusky, R. J. (2020). Data sharing, management, use, and reuse: Practices and perceptions of scientists worldwide. PLoS ONE, 15(3).

Tewell, E. (2020). The Problem with Grit: Dismantling Deficit Thinking in Library Instruction. Portal : Libraries and the Academy, 20(1), 137-159.

Tragert, J. M. B. A. (2020). Promoting Information Literacy in Corporate Research. Information Outlook (Online), 24(1), 14-16.

Wolski, M., Krahe, M., & Richardson, J. (2020). AModel for Librarians to Assess the Digital Capability of Research Teams. Journal of the Australian Library and Information Association, 69(1), 47-69.

À propos de Michel Courcelles

Bibliothécaire responsable INRS-Centre Armand-Frappier Santé Biotechnologie. Membre du comité de gestion du service de documentation et d'information spécialisées de l'INRS. Membre du groupe de travail des compétences informationnelles de l'Université du Québec

Pas encore de commentaire... Lancez-vous!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :